Accueil > Actualités > Aides et réglementations pour la construction d'une toiture végétalisée

Actualité

Construction d'une toiture végétalisée

Le 30.07.2012

 

Des aides nationales peuvent être octroyées à toute personne voulant installer une toiture végétalisée. Ce sont notamment le crédit d'impôt de développement durable et l'écoprêt à taux zéro. En outre, des normes nationales sur la construction et la réhabilitation d'une toiture ont été mises en place par le gouvernement.

toiture végétalisée pour une maison BBC.

Les aides nationales pour la construction de toiture végétalisée

Crédit d'impôt de développement durable

Le crédit d'impôt de développement durable est accordé à toute personne désirant procéder à l’installation d'une toiture végétalisée. En effet, une part des dépenses relative à l’optimisation énergétique d’une terrasse ou d’une toiture végétalisée est déduite des impôts. Cette aide concerne les toitures ayant une résistance thermique de 3m2.K/W au moins.

Une personne célibataire ou propriétaire jouit d'une aide maximum de 8 000 euros tandis que celle d'un couple est doublée, soit 16 000 euros. Si le ménage a des enfants à charge, 400 euros supplémentaire lui est octroyé pour chaque enfant.

L'aide est offerte une fois tous les cinq ans et seule l’entreprise ayant octroyé les matériaux est habilitée à exécuter les travaux. Il est possible de joindre cette aide avec d'autres allocations.

L'écoprêt à taux zéro

Pour jouir de l'écoprêt à taux zéro, la terrasse ou la toiture végétalisée doit avoir une résistance thermique de 3mc2.K/W. Le plafonnement de l'aide octroyé se situe entre 10 000 et 30 000 euros, et elle est destinée aux maisons mises en location et aux résidences principales.

La condition qui permet également de bénéficier de cette allocation consiste à avoir un salaire inférieur à 45 000 euros. Une quinzaine de banques ont adopté ce système, et l'emprunteur peut l’accompagner des aides de l’ANAH.

Les réglementations nationales concernant la toiture

Les normes en vigueur

La France dispose d’une vingtaine de règlements en vigueur relatives à la construction et la réhabilitation d'une toiture. Dans le cas où sa rénovation s'effectue dans la Zone de Protection du Patrimoine Architectural Urbain et Paysager, il est indispensable d’appliquer certaines règles.

Pour avoir un permis de construire, il faut prendre contact avec l'architecte des Bâtiments de France. Il en est de même si la construction s'effectue à 500 mètres d'un édifice classé. Si cette autorisation est refusée, il est possible de s'adresser au préfet.

Pour les toitures en pente, arrondie ou en terrasse, d'autres normes y sont appliquées, notamment celles du DTU. Elles portent sur différents points telles que la charpente, l'isolation ou l'ouverture. Le support, l'aération, les matériaux destinés aux couvertures et à la protection y sont aussi soumis.

L’installation des autres éléments dépend également de ces règlements comme la ventilation ou les conduits de fumées. Les spécialistes construisent des toits qui suivent des normes bien spécifiques et tiennent compte des règlements locaux et nationaux pour la pose des toitures.

Si un particulier veut apporter une amélioration à l'identique, il doit veiller avant tout à faire une déclaration des travaux à effectuer à la mairie. Il en est de même pour la pose d'une ouverture au niveau du toit. S'il s'agit d’un changement au niveau des pentes, une demande de permis de construire est nécessaire.

En savoir +

Toutes nos actualités

Un Conseiller Habitat dédié est à votre écoute pour répondre à vos questions, n'hésitez pas à nous contacter ou à demander un devis en ligne ?

0805 620 240Appel gratuit depuis un fixe