Actualité

Immobilier : les ventes de maisons neuves rebondissent depuis août

Le 18.09.2011

image

Les ventes de maisons de constructeurs ont diminué de 10 % en juillet, mais ont rebondi en août, et le mouvement se poursuit en septembre.

Les ventes de maisons neuves de constructeurs rebondissent depuis août. Pour l’immobilier neuf, l’effet sera important, car elles pèsent lourd sur ce marché.

Les maisons en secteur diffus - c’est-à-dire quand le client achète lui-même le terrain, généralement en grande périphérie urbaine, puis s’adresse à un constructeur, par opposition aux maisons de promoteurs, plus proches des villes et incluant le terrain -représentent en effet 70 % du total des maisons neuves construites en France et plus d’un tiers de tous les logements neufs, appartements compris. « Nous n’avons pas encore de chiffres, mais on perçoit un net regain d’intérêt des clients en août », indique Christian Louis-Victor, président de l’Union des maisons françaises (UMF).

MFC, désormais leader en France devant Geoxia (Maisons Phénix), a ainsi enregistré, à périmètre constant, une progression de 3,8 % du nombre de ses ventes en août, contre - 17 % en juillet et - 9 % au deuxième trimestre. Pour l’heure, il n’y a pas d’explications précises à ce rebond, mais « il se poursuit en septembre, avec possiblement un effet d’aubaine lié à la baisse des taux d’intérêt ».  « Pour un prêt à 30 ans, le Crédit Foncier a ainsi baissé son taux de 0,3 % il y a une semaine ».

Un gain important, car « les clients des constructeurs sont modestes, leur revenu moyen est de 2.500 à 2.600 euros pour un couple et ils sont à 73 % primo-accédants, l’investissement locatif ne concernant que 5 % des ventes », précise Christian Louis-Victor. Résultat de cette faible solvabilité, pour une maison dans les normes thermiques actuelles, sans prêt à taux zéro (PTZ), l’UMF calcule qu’une hausse de 1 % des taux d’intérêt fait perdre 24.000 ventes, soit 16 % du marché des maisons en secteur diffus (142.600 maisons mises en chantier ces douze derniers mois).

Et le bâtiment basse consommation (BBC) coûtant 8 % à 13 % plus cher selon les régions, « il ne concerne que 25 % des ventes cette année, contre 35 % fin 2010, car depuis, les aides pour le BBC neuf en zone C ont été réduites », souligne Christian Louis-Victor, qui plaide pour un PTZ+ plus généreux moyennant un plafond de ressources et moins d’aides pour l’ancien sans travaux.

Embellie fragile

L’actuelle embellie est donc fragile, après la forte baisse des ventes mesurée par l’observatoire Markemetron (293 constructeurs) de l’UMF d’avril à fin juillet. De mai à juillet, le recul par rapport à 2010 a atteint 12 % pour les constructeurs (- 28,5 % pour les promoteurs), avec une résistance des départements du Centre-Est, du Nord et de l’Ile-de-France, mais une nette baisse du bassin méditerranéen et de la façade atlantique, qui atteint 20 % ou plus en Bretagne et région Ouest !

L’UMF prévoit un recul annuel de 5 %. Il est déjà de 4 % sur douze mois à fin juillet. Pour l’heure, les mises en chantier et les chiffres d’affaires des constructeurs, qui sont payés selon l’avancement des travaux, sont portés par les bonnes ventes de 2010. C’est en 2012 que les mises en chantier devraient décrocher. Sauf si l’embellie se poursuit d’ici à la fin de l’année et compense le mauvais premier semestre.

En savoir +

Toutes nos actualités

Un Conseiller Habitat dédié est à votre écoute pour répondre à vos questions, n'hésitez pas à nous contacter ou à demander un devis en ligne ?

0805 620 240Appel gratuit depuis un fixe